Rencontre avec la PMA

Vous désirez un enfant depuis longtemps déjà : vous avez vu votre généraliste, votre gynécologue et il vous a été conseillé de rencontrer un spécialiste de la PMA. La plupart du temps il s’agit d’une hypo-fertilité c'est-à-dire que vous n’avez pas fait la preuve de votre fertilité dans un délai de 1 à 2 ans selon l’âge de la femme. La stérilité, c'est-à-dire l’incapacité de procréer, est en fait assez rare. Ce sont les explorations médicales qui permettront de préciser la situation.


Analyse des causes

Vous n’avez pas encore effectué de bilan

Au cours de la première consultation le Dr François MUET va analyser votre situation de couple et un premier bilan sera prescrit en fonction de chaque cas particulier.

Bilan féminin :

  • l’étude de l’ovulation (courbes de température, étude de l’ovulation par test urinaire, surveillance biologique et échographique de l’ovulation spontanée).
  • l’étude de la perméabilité des trompes (hystérosalpingographie)
  • l’étude de la mobilité des spermatozoïdes dans la glaire cervicale au moment de l’ovulation (test post-coïtal)
  • l’étude de la cavité utérine et de l’endomètre (échographie pelvienne).

Bilan masculin :

  • l’étude de la qualité du sperme (spermiologie)

Au cours de la consultation suivante , le Dr François MUET interprètera tous les examens pour mettre en place une prise en charge.

Vous avez déjà effectué des bilans

Les bilans ont mis en évidence un problème qui nécessite un traitement de PMA. Le Dr MUET analysera quel est le traitement le plus adapté à votre cas.

Les bilans ne retrouvent pas de cause spécifique, des explorations complémentaires pourront alors être nécessaires et vous seront expliquées et détaillées au cours de la consultation.

Mise en place du traitement

En fonction de chaque cas, un traitement, voire l’association de plusieurs traitements, pourra être proposé :

1/ La chirurgie

Elle peut avoir un rôle de complément de diagnostic ou (et) de correction anatomique. Dans la majorité des cas il vous sera proposé soit une cœlioscopie , soit une hystéroscopie, soit les deux.

2/ L’induction de l’ovulation

Il s’agit d’un traitement de stimulation des ovaires pour permettre une ovulation et programmer les rapports en fonction du déclenchement de cette ovulation. Ce traitement vous est proposé lorsqu’il y a un trouble de l’ovulation, isolé, ou en première intention lorsqu’aucune cause évidente n’a été retrouvée.

3/ L’insémination intra-utérine

En plus de la stimulation ovarienne, elle intègre une préparation du sperme au laboratoire afin de concentrer les spermatozoïdes qui sont les plus mobiles. La préparation spermatique est ensuite replacée dans la cavité utérine au moment de l’ovulation.
Ce traitement vous est proposé dans les cas suivants :

  • le test post- coïtal s’est révélé négatif
  • la concentration des spermatozoïdes est légèrement diminuée
  • les inductions de l’ovulation n’ont pas permis d’obtenir de grossesse après six tentatives.

4/ La fécondation in vitro

Il s’agit, pour le couple, de prélever plusieurs ovocytes pour que ceux-ci soient mis en fécondation au laboratoire avec les spermatozoïdes afin d’obtenir des embryons, replacés ensuite dans l’utérus.
Selon l’indication la fécondation sera obtenue, soit spontanément si les spermatozoïdes le permettent (FIV classique), soit avec micro-injection d’un spermatozoïde dans l’ovocyte (ICSI). Dans certains cas très particuliers, la sélection du spermatozoïde peut se faire par une technique de laboratoire spécifique qui approfondit l’étude de sa morphologie (IMSI). Au cours de ces techniques, plusieurs embryons seront obtenus. Sur ce nombre, 1 ou 2 embryons seront replacés au cours de la tentative de fécondation in vitro. Les embryons surnuméraires de bonne qualité seront congelés pour permettre un transfert secondaire. La technique de fécondation in vitro vous est proposée :

  • lorsque la rencontre spermatozoïdes/ovocytes ne peut pas se faire et qu’il n’y a pas d’autre solution (trompes bouchées ou absentes, absence de spermatozoïdes dans l’éjaculat mais présents au niveau testiculaire ou épididymaire).
  • lorsque un ou plusieurs facteurs sont suffisamment perturbés pour craindre une absence de rencontre spermatozoïdes/ovocytes (trompes altérées, endométriose, diminution du nombre (oligospermie) ou de la mobilité (asthénospermie) ou excès des formes atypiques (tératospermie) des spermatozoïdes.
  • lorsque aucune grossesse n’a été obtenue malgré tous les traitements précédemment décrits.

Dans certaines indications, peu fréquentes, il pourra être réalisé un recueil d’ovocytes sans véritable stimulation, avant que l’ovocyte soit complètement mature. Cette technique permet d’éviter la stimulation pour certaines patientes lorsque celle-ci est contre-indiquée ou qu’elle entraîne un risque important de complication. La maturation ovocytaire sera réalisée secondairement au laboratoire, il s’agit de la maturation in vitro (MIV).